Atelier Thérapeutique

Rééquilibrer la position corporelle & travailler son image

Rééquilibrer la position corporelle & travailler son imageLes spécificités de l’atelier chant sont importantes et génératrices d’effets concomitants. Ses principales caractéristiques reposent sur le fait que les aspects corporels et psychiques travaillent  de concert. Le travail de l’image de soi se fait tant par un rééquilibrage sur le plan du squelette et de la position du corps, que sur un travail de symbolisation des éléments constitutifs de celui-ci: à savoir les organes permettant au souffle et à la voix d’être posés. 

La Voix reste le vecteur principal d’expression des images de l’individu, images multiples qui déroulent et précisent les humeurs, les désirs et les sentiments. 


Le travail de l'atelier thérapeutique

Le rôle fondamental du narcissique s’opère face à son propre regard qui se trouve modifié par le regard des autres
C’est en effet parce que le corps évolue dans sa posture et sa tonicité que s’induit une modification dans le regard des autres qui introduit à son tour en reflet, réponse, une réaffirmation, une nouvelle image de soi.
Sur la base d’un travail purement technique de la Voix s’articulent des effets qui sont loin d’être secondaires puisqu’ils participent pleinement à l’élaboration et à la maturation de la constitution psychique.

Un des aspects essentiels du chant et bien sûr de la musique, concerne les diverses significations ainsi que leurs représentations.
 

Chanter c'est se dévoiler...


Chanter c'est se dévoiler...​​-Chanter, c’est s’exposer au regard de l’autre.
-Chanter, c’est montrer des éléments de notre personnalité au travers du texte des chansons et du moment choisis pour les chanter : renvoi à des situations, des sentiments, des ressentis, des impressions.


Mais chanter, c’est également montrer une part intime de son être. Un espace qui peut-être inacceptable car il expose (sans aucun filtre physique - instrumental - derrière lequel on peut se dissimuler, se cacher), sa dimension humaine « d’imperfections ». Cela renvoie alors à l’image que l’on a de soi, à celle que l’on donne, que les autres ont, et à celle que l’on voudrait qu’ils aient.